Devenir traiteur : comment se lancer étape par étape

L’aventure traiteur vous tente ? Voici les étapes à suivre pour créer votre entreprise.

Avant de commencer, précisons ce que recouvre l’appellation “traiteur”. Historiquement, le traiteur fait partie des professionnels des métiers de bouche. Il se démarque en assurant la préparation de repas et le service de vins pour des événements festifs. Désormais, l’appellation de la profession est traiteur organisateur de réception. Le service traiteur peut également être proposé par d’autres professionnels tels que les boucher, charcutier, boulanger, pâtissier et restaurateur. Certaines grandes surfaces proposent également ce service.

Le traiteur organisateur de réception à la particularité de réaliser des prestations sur-mesure pour chaque client. Il intervient lors de buffet, de repas assis, de collation (ex : pause café ) pour le compte de particuliers, d’entreprises, d’associations ou de collectivités. Son activité recouvre la préparation des denrées alimentaires et des boissons, ainsi que la livraison, le service, la gestion de la vaisselle et du nappage, la décoration et parfois même la location du lieu de réception.

L’idée

Toute création d’entreprise démarre de la même façon : une idée qui émerge dans la tête d’un ou plusieurs entrepreneurs. Cette phase est très importante car s’est durant la gestation de l’idée que se forge la motivation. Cette dernière est un élément indispensable à l’entrepreneur. C’est dans sa motivation, qu’il ira cherché l’énergie nécessaire pour animer son entreprise dans les bons et les mauvais moment.

Le futur entrepreneur doit s’interroger en profondeur sur les raisons qui vont le pousser à créer une entreprise. Avec beaucoup d’honnêteté et d’humilité il doit également évaluer son niveau de compétence. Une faiblesse sur le cœur de métier ou sur la fonction de chef d’entreprise ne sont pas rédhibitoires. En revanche, une formation sera indispensable pour y pallier.

Se former à un métier exigeant

Devenir traiteur exige de maîtriser un grand nombre de savoir-faire. Tout d’abord, le traiteur doit être un bon cuisinier. Si ce n’est pas le cas, il va devoir apprendre ou en recruter un. Dans cet article, nous partirons du postulat que l’entrepreneur assure la production alimentaire. Le métier de traiteur est différent de celui de cuisinier en restauration collective ou traditionnelle. Les préparations sont différentes, car le traiteur doit proposer le plus souvent des pièces individuelles de type bouchée. L’uniformité et la régularité des pièces produites sont gagent de qualité de la prestation. Par ailleurs, le traiteur travaille souvent en dehors de sa cuisine dans des lieux qu’il ne connait pas et qui ne sont pas toujours adapté. Il doit donc faire preuve d’une grande réactivité pour faire face à toutes les situations.

Le porteur de projet qui souhaite se lancer à tout intérêt à suivre une formation pour optimiser le lancement de son activité. Il peut ainsi bénéficier des conseils d’un traiteurs expérimentés qui lui transmettra ses astuces pour parer aux imprévus et optimiser ses prestations. Coloc’ 2 Chefs propose des formations sur-mesure pour les traiteurs qui souhaitent se lancer. Vous pouvez consulter cette page pour en savoir plus à ce propos.

Le futur traiteur se doit également de suivre la formation HACCP concernant les règles d’hygiène. Une mise à jour pour les cuisiniers diplômé est fortement conseillé. Dans tous les cas, un traiteur doit obligatoirement être en mesure de justifier qu’il a suivi cette formation. Une licence est obligatoire pour la vente d’alcool. L’entrepreneur doit obligatoirement suivre la formation permis d’exploitation pour l’obtenir.

Les formations concernant les fonctions support telles que la comptabilité et la communication sont loin d’être superflues pour les futurs traiteurs. Vous pouvez en savoir plus sur ces formations par ici.

L’étude de marché

Le secteur d’activité des traiteurs est très concurrentiel. Le département de la Gironde accueille près de 400 entreprises enregistrées avec ce code APE 5621Z – service des traiteurs (source Insee 2019). L’étude de marché est donc indispensable afin de définir un positionnement différenciant vis-à-vis de la concurrence.

Cette phase doit permettre de réaliser une étude exhaustive sur une zone de chalandise déterminée (rayon d’action maximum). Elle peut également servir à récolter les grilles tarifaires des concurrents. C’est également un bon moyen pour être à jour des tendances du marché. L’offre alimentaire se doit d’évoluer en fonction des comportements des consommateurs. Actuellement, la réduction de la consommation de la viande s’affirme comme une tendance de fond. La carte du futur traiteur devra donc faire la part belle aux propositions sans viandes. Cela peut être l’occasion d’explorer les nouvelles tendances comme le véganisme.

Avec ou sans local de production ?

La mise en oeuvre d’un service traiteur impose de disposer d’un local de production répondant aux normes d’hygiène. Il s’agit d’un frein important pour les porteurs de projets qui souhaitent se lancer. En effet, l’investissement que représente l’acquisition d’un laboratoire équipé est souvent long et très coûteux (minimum 35 000€ HT). Heureusement, il existe une alternative. Les laboratoires de cuisine partagés sont des structures accessibles en location courte (à l’heure) destinées aux traiteurs et aux pâtissiers. L’accès au laboratoire devient donc une charge ajustée à la réalité de l’activité et non un investissement à amortir.

La capacité d’investissement du porteur de projet est un des éléments principaux qui déterminera l’acquisition au démarrage d’un local de production. Il existe de nombreux autres points à prendre en compte pour ce choix. Vous trouverez dans cet article la liste de questions à étudier lors du choix d’un local. Dans le cas où vous décider d’aménager votre propre local, nous vous invitons à suivre notre guide détaillé.

Une fois la question du local réglée. Vous devrez réfléchir à votre solution de transport des denrées. Vous aurez, là encore, le choix entre achat et location. Si vous êtes perdu dans le choix du véhicule référez-vous à cet article sur les véhicules frigo.

Choix du statut

A ce stade, vous savez ce que vous allez vendre, à qui et avec quels moyens. Vous pouvez désormais réfléchir au choix du statut le plus adapté pour votre future activité. Si vous avez des associés vous devrez créer une société. En revanche, si vous êtes le seul fondateur vous avez plus de choix. Il est vivement recommandé de se rapprocher de la chambre des métiers (CMAI) , de la chambre de commerce (CCI) ou bien d’un expert-comptable. Les conseils de ses organismes sont très précieux notamment sur les questions fiscales et sociales.

Gardez en tête que le statut de votre entreprise n’est que le cadre légal dans lequel vous allez développer votre activité. Ce choix intervient donc après les conclusions tirées de l’étude de marché.

Recherche de financements

Cette étape concerne uniquement les entrepreneurs qui ont fait des choix nécessitant des investissements au démarrage. Cela peut être le cas si vous avez choisi de construire votre propre cuisine professionnelle. Vous devez soigner la rédaction de votre business plan (la synthèse écrite de toutes les étapes précédentes), afin de le présenter à d’éventuels financeurs. En premier lieu, il y a les établissements bancaires traditionnels. Les entrepreneurs disposent d’autres sources de financement. Il peut s’agir d’investisseurs privés (ex : membre de la famille), de dons avec contre-parties via le financement participatif … ou tout simplement l’auto-financement (ex : livret A).

Communication et prospection

Le développement commercial est et restera la clé du développement de toute entreprise traiteur. Pour y parvenir, il est nécessaire de rester dynamique sur la prospection (aller à la conquête) et sur la communication (se rendre visible).

La base d’une bonne communication réside dans la mise en place d’éléments visuels de qualité et actualisés régulièrement. Coloc’ 2 Chefs accompagne les porteurs de projets dans la création de leur identité visuelle. Contactez-nous pour en savoir plus à ce sujet.

L’activité commerciale doit être soutenue par une importante visibilité sur Internet. Les réseaux sociaux, les plateformes de référencement et le référencement naturel du site Internet doivent faire l’objet d’une attention quotidienne. La mise en oeuvre d’une stratégie digitale ne s’improvise pas et doit être réfléchi. Dans le cas contraire, elle risque de n’avoir aucun effet.

Création de l’entreprise

A ce stade, vous avez franchi toutes les étapes préparatoires. Vous savez ce que vous allez vendre, à qui, dans quelles conditions et dans quels cadre. De plus, vous avez déjà attiré l’attention de clients potentiels. Vous pouvez désormais vous engager dans la phase administrative de la création de votre entreprise. Pour cela, il faut vous faire immatriculer auprès du greffe du Tribunal de commerce ou inscrire au Répertoire des Métiers. Les auto-entrepreneurs ont des démarches simplifiées à effectuer en ligne.

Vous devez fournir divers documents lors de la création de votre entreprise (formulaire, statuts). Vous pouvez consulter le détails des pièces à fournir sur le site infogreffe.fr.

Une fois l’entreprise créée, vous recevez un Kbis (pour les sociétés) qui officialise la naissance de votre société. Il vous permet de débloquer votre financement bancaire si vous en avez sollicité un. Avec le Kbis vous pouvez commencer votre activité commerciale et ainsi devenir traiteur à part entière !

Vous souhaitez nous parler de votre projet avant de vous lancer :

Envoyez-nous un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *