Travail à façon : sous-traitez vos productions alimentaires

Occupez-vous de vos clients et sous-traitez votre production

 « Travail à façon » signifie non seulement que l’on transforme un produit mais encore que ce produit appartient à un tiers généralement dénommé donneur d’ouvrage. Source : Bofip

Réaliser soit même ou sous-traiter sa production

Lorsqu’on développe un projet entrepreneurial on se rend vite compte qu’il va falloir tout gérer. Le cœur de métier de toute entreprise, quelle que soit sa taille, consiste à produire un bien ou un service puis à le commercialiser. Cela regroupe des formes diverses de production et de commercialisation. Ces deux piliers d’une activité sont complétés par d’autres tâches parfois chronophage.

Le travail à façon consiste à faire réaliser sa production par un sous-traitant. Ainsi, vous disposez de plus de temps pour les autres tâches et notamment la fonction commerciale (prospection, négociation, commercialisation et fidélisation). Dans le cadre d’une entreprise alimentaire, ce type de modèle est beaucoup utilisé. Même s’il généralement appliqué aux productions industrielles pour rationaliser les coûts de production. Il tend à se développer pour les productions artisanales. Cela s’explique entre autre par les contraintes liées à la possession et la mise en oeuvre de son propre outil de production (charges, entretien).

Pour vous aider à déterminer l’intérêt que peut présenter le travail à façon pour votre activité, vous trouverez ci-dessus la liste des éléments à prendre en compte pour chaque fonction.

La commercialisation

Réaliser soit même tout ou partie du processus commercial est indispensable dans les activités de contact direct avec le client. C’est lors des étapes de ce processus, que vous allez créer le lien nécessaire à la fidélisation du client. Une part très importante du taux de renouvellement de commande est lié au lien créé entre le fournisseur et le client.

La production

Une production nécessitant plus d’une journée en cuisine doit amener le chef d’entreprise à penser à l’externalisation. En effet, une TPE n’est pas toujours en mesure de recruter un opérateur de production (charges liées au salariat), c’est donc l’indépendant qui doit assurer la production. Ce temps, gourmand en énergie physique ne permet pas d’alimenter le processus de commercialisation, élément pourtant vital d’une activité économique.

De plus, pour certaines production le besoin de réactivité ou d’acquisition régulière de nouveaux savoir-faire/machine peut représenter un coût trop élevé pour une TPE. Il y a donc tout intérêt à le faire supporter par une autre structure.

Les approvisionnements

Sourcer ses fournisseurs, c’est garantir des approvisionnements réguliers sur des produits de la qualité souhaité (ce qui contribue à la réalisation in fine de produits transformés de qualités et donc à un meilleur taux de satisfaction client).

La recherche et les relations fournisseurs sont intéressantes mais très chronophage. De nouveaux services d’achats en circuit-court permettent de s’affranchir d’une partie de cette charge.

La gestion et la communication

Ces deux fonctions supports sont indispensables. Même si parfois peu chronophage, elles demandent des temps de concentration hebdomadaire, qui se prêtent parfois assez peu à la continuité d’un processus de production.

Le travail à façon

L’administration fiscale précise 4 conditions pour qualifier un marché de façon.

  1. Le donneur d’ouvrage (le client) reste pleinement propriétaire des denrées confiés au façonnier (sous-traitant).
  2. Les matières premières éventuellement fournies par le sous-traitant doivent respecter une proportion maximale. En cas de dépassement, il s’agit d’une vente de produits manufacturés classique.
  3. Les matières premières fournies par le client doivent être utilisées entièrement et exclusivement pour le contrat conclu entre les deux parties. Le client doit tenir une comptabilité matière pour le justifier.
  4. Le travail à façon doit déboucher sur la réalisation d’un produit nouveau. L’emballage de produits prêts à consommer est donc exclu.

Mettre en oeuvre une prestation de travail à façon

Les éléments ci-dessus vous ont permis de vérifier si votre projet correspondait bien à du travail à façon. Vous devez également avoir calculé vos coûts. Une fois ces deux étapes réalisées, il vous faut trouver votre prestataire et définir avec précision ce que vous souhaitez lui faire faire.

La mise en place d’un cahier des charges de travail à façon doit comprendre les points suivants :

Fiche(s) recette(s) et protocole(s) de travail

En tant que client, vous restez maître du processus de production. Pour cela vous devez en définir toutes les modalités. Il vous appartient de rédiger toutes les fiches techniques, qui guideront le sous-traitant lors des différentes étapes de production. Il est conseillé de rédiger ces fiches en échangeant avec le sous-traitant. Une bonne communication en amont sur les attendus évite bien des désagréments à l’arrivée (goût, texture, poids, temps de cuisson …).

Matières premières

Comme indiqué plus haut, la fournitures des matières premières est principalement à la charge du client. Il est quand même nécessaire de décrire ces produits dans le cahier des charges (avec les méthodes de conservation). Il faut, également, choisir (ou valider) les matières premières fournies par le sous-traitant.

Quantités à produire et délais de livraison

En général, dans le travail à façon le client indique clairement au sous-traitant le volume à produire et le délai de réalisation (ou date de livraison). Evidemment, ces paramètres doivent être ajustés en fonction des spécificités de chaque production.

Vous l’aurez compris, la définition en amont du travail à accomplir par le sous-traitant est un point clé du travail à façon. Cela évite les incompréhensions, qui sont parfois sources de tensions au sein de la relation commerciale. Il appartient au client d’être clair sur ces attentes. Le sous-traitant, quant à lui, doit confirmer sa compréhension des demandes exprimées par le client. Une phase de construction du partenariat (ex : séries test) n’est jamais superflue. La mise en place d’un tel partenariat doit également prévoir les modalités en cas de rupture, de perte du stock, d’incapacité de produire ou bien encore de baisse de commandes.

Les solutions de Coloc’ 2 Chefs

Coloc’ 2 Chefs dispose d’outils de production alimentaire en Gironde. Ils sont dimensionnés pour la réalisation et le stockage quotidien de productions artisanales. De plus, la communauté se compose de nombreux professionnels aux savoir-faire très variés. Notre équipe se tient à votre disposition pour échanger avec vous sur la mise en place d’un travail à façon.

Vous pouvez nous contacter par téléphone ou en utilisant le formulaire ci-dessous.

Envoyez-nous un message

Pour en savoir plus sur le travail à façon vous pouvez visiter le Bofip

impots.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *