La tenue de cuisine : pratique et protectrice

Le cuisinier professionnel, quelle que soit son activité, se doit de porter une tenue de cuisine adaptée. Elle couvre l’ensemble du corps pour protéger le cuisinier tout en assurant l’hygiène de ses préparations. La tenue de cuisine revêt autant d’importance que la connaissance des ingrédients, de leurs saveurs, la maîtrise du couteau ou bien encore la gestion du temps. Du port de la tenue, on peut ressentir l’exigence qu’un cuisinier porte à l’élaboration de ses préparations et sa prise en compte des risques qui existent dans son environnement de travail.

Quels éléments composent la tenue du cuisine ?

La coiffe

Traditionnellement, il s’agit d’une toque. Elle a pour but d’éviter les chutes de cheveux dans une préparation, tout en retenant la sueur du front. Elle peut être remplacée par une charlotte jetable, un bandana ou tout autre système couvrant la chevelure. Il est recommandé aux personnes ayant les cheveux longs de se les attacher en arrière dans la mesure du possible. De même, les barbus pourront compléter leur tenue de cuisine avec un filet à barbe. La protection de la tête peut être complétée par un masque bucco-nasal, qui évite la projection de postillons (indispensable en cas de rhume).

Le tour de cou

Ce foulard noué sous le col a pour vocation d’absorber la sueur. Il permet aussi de protéger le col de l’usure.

La veste de cuisine

Pièce centrale de la tenue de cuisine, elle est classiquement en coton, blanche et avec un col droit. La veste protège le haut du corps des projections et des salissures. Elle doit pouvoir résister aux agents chimiques, comme l’eau de javel. Sa composition en coton présente la meilleure résistance au feu et permet d’être bouillie (lavage à 90°C).

Le tablier

Il se noue à la taille et tombe jusqu’aux genoux (voire jusqu’aux chevilles). Le tablier protège le bas du corps des projections et des salissures. Le nœud du tablier doit être fermé devant, de façon à pouvoir l’ôter rapidement en cas de brûlure.

Le torchon

Coincé entre la veste et le tablier au niveau de la taille, il est utilisé pour saisir les contenants chauds. Une couleur claire permet d’évaluer facilement son niveau de salissure.

Le pantalon

Sa composition en coton permet d’allier confort et protection des jambes. Il descend jusqu’aux chaussures afin de protéger les chevilles.

Les chaussures de sécurité

Il s’agit d’un élément clé de la sécurité de cuisinier. Les chaussures, avec semelles antidérapantes, permettent de prévenir les chutes. Elles sont en cuir blanc, renforcées en leur bout, afin de protéger les pieds des brûlures et des chutes d’objets lourds ou pointus.

Les gants

L’utilisation de gants est laissée à la convenance du cuisinier. Il est important de rappeler que les mains doivent être lavées toutes les 20 minutes maximums et avant chaque nouvelle étape de production. Le changement de gants doit suivre ce rythme. En cas de plaie à un doigt, il convient de porter un doigtier en dessous du gant.

Le rangement et l’entretien

La tenue de cuisine doit être rangée dans un emplacement prévu exclusivement à cet effet. Elle ne doit pas être mélangée avec les vêtements de ville. Son nettoyage doit intervenir dès que nécessaire.

Personnaliser sa tenue de cuisine ?

Les établissements intègrent de plus en plus la tenue de cuisine comme un élément à part entière de leur communication visuelle. En conséquence, de nouvelles offres de tenues de cuisine personnalisées apparaissent. Cela va de la broderie nominative à la confection sur mesure de la veste. Des entreprises se spécialisent sur ce marché de niche.

Jook tenue de cuisine

Jook et Co personnalise les tenue de cuisine des chefs.

ExNihilo - Créateur de vêtements professionnels

ExNihilo – Créateur de vêtements professionnels

Inscription à la formation HACCP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *